Trouver un administrateur

 
Untitled Document

Le succès des entreprises à but lucratif comme celui des organismes sans but lucratif repose en grande partie sur la solidité et l’efficacité du conseil d’administration, et toute recherche d’administrateur devrait commencer par une analyse des lacunes de votre conseil d’administration tel qu’il existe actuellement. Quelles sont les qualités qui manquent au sein de votre conseil d’administration? Votre conseil suit-il les meilleures pratiques en ce qui a trait à sa composition? Les obligations juridiques sont-elles remplies? Par exemple, votre comité de vérification est-il entièrement composé d’administrateurs possédant des compétences financières? Il existe évidemment bien d’autres questions auxquelles vous devrez répondre, et la brochure de l’ICCA 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la constitution d’un conseil d’administration est une excellente source d’informations susceptible de vous aider à établir un conseil d’administration solide. Vous y trouverez des réponses à des questions comme les suivantes : Quelles sont les exigences applicables aux administrateurs en matière d’indépendance? Combien d’administrateurs devrions-nous avoir? Quelles compétences et quel bagage d’expérience les administrateurs devraient-ils posséder?

Même si tous les conseils ont la même responsabilité sous-jacente en matière de gouvernance, à savoir l’établissement et la surveillance de l’orientation à long terme de l’organisation, il peut exister une diversité considérable en ce qui concerne l’organisation des activités du conseil d’un organisme sans but lucratif et les tâches que ses administrateurs sont appelés à effectuer. Un élément important à cet égard est la combinaison de bénévoles et de permanents. Dans les organisations où il y a du personnel et des dirigeants professionnels, les administrateurs consacrent généralement la majeure partie ou la totalité de leur temps à la gouvernance. Cependant, dans bien des cas, on s’attend aussi à ce qu’ils participent aux campagnes de financement et à d’autres activités de fonctionnement. Dans les organismes de petite taille, particulièrement ceux qui sont composés exclusivement de bénévoles, il peut arriver que les administrateurs participent activement à titre de bénévoles à des activités (souvent en tant que présidents de comités de travail) et qu’une partie importante des réunions du conseil soit consacrée à des questions de fonctionnement. La gouvernance n’est alors que l’une des nombreuses tâches dont s’occupe le conseil. Dans le cas des organismes sans but lucratif où une bonne part du travail est accomplie par des bénévoles, le conseil doit trouver le moyen de surveiller les activités des comités de travail sans s’impliquer trop étroitement et sans perdre son point de vue. Les administrateurs doivent reconnaître que les membres du conseil qui président des comités de travail portent leur «chapeau de bénévole» lorsqu’ils font rapport au conseil sur les travaux de leur comité, tandis que les autres membres du conseil portent leur «chapeau d’administrateur». Une autre solution consiste à confier la responsabilité de divers comités de travail à un ou à plusieurs vice-présidents ou autres membres du conseil, qui font la liaison entre les comités et le conseil. Pour de plus amples informations sur la gouvernance des organismes sans but lucratif, veuillez consulter la brochure de l’ICCA 20 Questions que les administrateurs des organismes sans but lucratif devraient poser sur la gouvernance.

Le conseil des entreprises à but lucratif et des organismes sans but lucratif devrait être constitué d’administrateurs qui appuient personnellement la stratégie de l’organisation et qui possèdent collectivement les compétences, les connaissances et l’expérience dont il a besoin. Les objectifs devraient être de choisir des personnes compétentes qui serviront bien l’organisation et d’assurer la continuité grâce à une transition en douceur au sein du conseil, équilibrant les idées et l’énergie nouvelles avec l’expérience et la «mémoire organisationnelle».

Voici quelques qualités à considérer afin de choisir le bon candidat pour votre conseil d’administration.

Expérience de travail : Quel genre d’expérience de travail possède le candidat? Pouvoir s’appuyer sur l’expérience d’un administrateur, que ce soit dans le domaine de l’éducation, des affaires, de la fonction publique ou dans l’exercice d’une profession, peut constituer un atout pour votre conseil d’administration.

Expérience au sein d’un conseil : Considérez l’expérience acquise tant au sein des conseils d’administration des entreprises à but lucratif que de ceux des organismes sans but lucratif. Même s’il existe quelques différences, un grand nombre des compétences acquises dans l’un de ces secteurs peuvent être mises à profit dans l’autre.

Formation : Le candidat doit bien comprendre les responsabilités juridiques et autres d’un administrateur.

Éthique et intégrité : La moralité et l’éthique du candidat doivent être irréprochables.

Courage : Le candidat a le courage de poser des questions difficiles et d’exprimer son appui ou son opposition aux propositions et actions. Sa loyauté envers les intérêts des parties prenantes peut nécessiter qu’il exprime sa dissidence et qu’il persiste à exiger des réponses à ses questions.

Personnalité : Le candidat doit posséder des qualités personnelles lui permettant de contribuer activement et substantiellement aux délibérations du conseil d’administration, dont les suivantes : intelligence, assurance, habiletés interpersonnelles, indépendance, disposition à poser les questions difficiles, capacité de communiquer et motivation.

Disponibilité : Le candidat doit disposer du temps nécessaire pour pouvoir s’acquitter des devoirs d’un administrateur. Les administrateurs doivent non seulement assister aux réunions, mais ils doivent y participer activement et examiner tous les documents s’y rattachant. Le nombre de conseils d’administration auxquels siège déjà le candidat doit également être pris en considération.

Compatibilité : Le candidat doit être capable de cultiver de bonnes relations de travail avec les autres administrateurs et la direction.

Fiabilité : Un administrateur fait ses devoirs, assiste aux réunions et y prend une part active.

Bon jugement : Le candidat doit être capable de se concentrer sur les questions importantes et de fonder ses décisions et ses actions sur le discernement, un solide sens des affaires et un bon sens élémentaire.

Compétences : La contribution la plus importante qu’un candidat puisse apporter à votre conseil d’administration consiste probablement à lui offrir une partie des compétences dont celui-ci a besoin pour remplir ses tâches et ses obligations juridiques. Les compétences recherchées sont fonction des lacunes de votre conseil d’administration à ce chapitre. Elles peuvent concerner notamment les domaines suivants :

  • comptabilité et finance (états financiers, vérification, mesure de la performance, gestion des risques, fiscalité, regroupement d’entreprises et sources de financement);
  • droit commercial (contrats, réglementation sur l’environnement et propriété intellectuelle);
  • ressources humaines (rémunération, relations avec les employés, évaluation du rendement et planification de la relève);
  • technologies de l’information (commerce électronique, gestion des TI, gestion des connaissances et externalisation des services de TI);
  • marketing et vente (publicité, satisfaction de la clientèle, études de marché, relations publiques et gestion des ventes);
  • exploitation (processus de production, gestion de la qualité, gestion de la chaîne logistique et développement de produits ou services);
  • planification d’entreprise (plans d’affaires, analyses de marché, et conception et mise en œuvre de la stratégie);
  • gouvernance (rôles et responsabilités des administrateurs, leadership et efficacité des conseils d’administration, et législation sur la gouvernance d’entreprise).

Une fois que vous avez défini les qualités de l’administrateur que vous cherchez, il est temps de commencer votre recherche. L’expérience montre que les organisations recrutent principalement les membres de leur conseil grâce aux contacts personnels du chef de la direction, du président du conseil, des autres administrateurs, du secrétaire général et de la haute direction. Bon nombre d’excellents administrateurs ont été recrutés de cette façon. Cependant, le fait de se limiter à un bassin aussi restreint de candidats comporte une part de risques. Il se peut en effet que le conseil mis sur pied s’apparente trop à un cercle d’amis qui hésiteront à poser des questions au chef de la direction et aux autres membres du conseil et à contester leurs points de vue. Cette formule risque également de limiter l’éventail de talents et d’expérience dont pourrait profiter le conseil. En plus d’aller à l’encontre des meilleures pratiques, il se peut qu’elle contrevienne aux règlements récemment instaurés concernant l’indépendance.

Il peut être difficile de trouver des candidats en dehors des réseaux classiques, mais il existe des ressources, tant traditionnelles que nouvelles, pour vous y aider. De nombreux cabinets de recrutement de cadres offrent depuis longtemps des services de «recherche d’administrateurs». Par ailleurs, un nombre croissant de personnes prennent des mesures pour acquérir les compétences requises des administrateurs. Une combinaison de formation et d’expérience pertinente des affaires peut s’avérer aussi valable qu’une longue expérience d’administrateur. Les organisations devraient envisager de recruter des diplômés de programmes de formation d’administrateurs tels que ceux qui sont dispensés par les universités, souvent en collaboration avec d’autres organisations comme l’Institut des administrateurs de sociétés et le Conference Board du Canada. En outre, le site Source – Administrateurs est un excellent outil permettant de trouver de nouveaux administrateurs. Avec sa banque de données sur des experts financiers disposant d’une expérience importante au sein de conseils d’administration et d’entreprises, il constitue un moyen idéal pour aller puiser dans un bassin de candidats intéressés et compétents.